De façon plus spécifique on retrouve :

  • Les Pathologies du sportif : ligamentoplasties, ruptures tendineuses…
  • Les suites d’amputation après cicatrisation.
  • Les pathologies du membre supérieur (main chirurgicale, rupture de la coiffe des rotateurs…)
  • Les syndromes douloureux chroniques : algoneurodystrophie, douleurs neuropathiques de plexus brachial, douleurs post-amputations…
  • L’évaluation du patient lombalgique chronique : journée d’évaluation dite « journée de pré-inclusion » (évaluation pluridisciplinaire). Cette journée d’évaluation sert de base au Médecin de médecine physique pour définir le parcours rééducatif du patient.

Projet thérapeutique

  • Chaque admission au CRF est conditionnée par l’existence d’un projet thérapeutique en adéquation avec les missions et moyens disponibles au Centre de Rééducation. (cf offre de soins)
  • Ce projet initié, le plus souvent en amont de l’admission, est affiné au CRF et décliné en terme d’objectifs de rééducation, réadaptation et réinsertion.
  • Dans tous les cas, le patient est l’acteur principal de ce projet pour lequel il est accompagné, aidé par l’ensemble de l’équipe médicale. A chaque fois que nécessaire, nous invitons le patient à associer son entourage à l’élaboration de son projet.
  • La durée du séjour au centre dépend de l’ampleur de ce projet et de son évolution.

Education / information du patient

  • Chaque patient est informé tout au long du séjour sur l’ensemble des soins qui lui sont prodigués. Participant à l’élaboration de son projet thérapeutique, le patient en connaît, dès son élaboration, les tenants et aboutissants.
  • Des séances d’éducation et d’information sont proposées régulièrement afin que chaque patient ait la lisibilité nécessaire durant son parcours de soins (ex : séances pour patients lombalgiques, pour les patients ayant subi une amputation, une arthroplastie…)
  • Afin de compléter l’information donnée par chaque professionnel des supports de communication (livrets, fascicules…) sont mis à disposition.

Pôle sport

L’équipe médicale et para médicale se sont fixées comme ambition de permettre aux sportifs blessés de retrouver de façon efficace et durable leur potentiel.

Le médecin assure le suivi des soins, adapte les soins en fonction des bilans et évalue les résultats. Les visites de suivi avec le personnel soignant et le staff pluridisciplinaire sont réalisées de manière hebdomadaire.

 

Cette expertise se fait par le biais d’une prise en charge globale qui comprend :

  • Un travail de prévention des lésions ostéo-articulaires et musculo-tendineuses.
  • Une rééducation de pointe (Dynamomètre isocinétique: Cybex et Moflex, plateforme de stabilomètrie)
  • Un programme de récupération (drainage veino-lympathique, relaxation, cryothérapie)
  • Un programme de réathlétisation et de préparation au retour sur le terrain.
  • Evaluation psychologique et préparation mentale

Les traumatismes pris en charge :

  • Lésions aiguës :

Entorses du genou, de la cheville (post-chirurgicales le plus souvent),
Luxation de l’épaule,
Ruptures tendineuses (épaule, cheville, genou),
Lésions musculaires (cuisses, mollets, adducteurs..),
Fractures opérés ou non opéré

  • Lésions d’origine micro-traumatique :

Ces lésions sont liées à la répétition du geste sportif et concernent toutes les articulations.

Pôle amputés

La prise en charge du patient amputé a pour vocation la réinsertion sociale, familiale, sportive et professionnelle de la phase aigüe (phase post opératoire) à la phase d’appareillage.

 

Objectifs et moyens

  • Pallier aux situations de handicap, autonomie fonctionnelle,
  • Restaurer les habitudes de vie, environnementales et sociales, (reprise professionnelle, sportive, conduite automobile…),
  • Préparer le moignon à la prothétisation,
  • Reprise de la marche,
  • Organiser votre sortie (visite à domicile, sécurisation de l’environnement…),
  • Eduquer le patient à sa pathologie
  • Elaborer le projet thérapeutique en collaboration avec l’équipe pluridisciplinaire et l’entourage,

Phase de pré-prothétisation

Durant cette phase l’équipe pluridisciplinaire veillera à :

  • La cicatrisation et la préparation du moignon
  • La correction des déficits articulaires et musculaires
  • La prise en charge de la douleur
  • L’accompagnement psychologique et social
  • L’acquisition des déplacements,
  • L’amélioration de l’état général
  • La prévention des chutes
  • L’optimisation de la réserve fonctionnelle (activités physiques et sportives…)
  • L’autonomie lors des activités de la vie quotidienne (toilette, habillage, auto surveillance du moignon …)

Phase de prothétisation

Réalisation et adaptation de la prothèse provisoire

  • Apprentissage du chaussage et déchaussage

Éducation à l’entretien de la prothèse

  • Suivi au travers d’une consultation médico technique d’appareillage avec un orthoprothésiste (salle d’appareillage où sont réalisés les ajustements et essayages des prothèses)
  • Mises en situations fonctionnelles diverses (préparation d’un repas…)
  • Réadaptation à la marche et aux activités supérieures de marche (escaliers, passages d’obstacle, apprentissage du relèvement du sol après chute…)
  • Surveillance cutanée et points d’appui
  • Evaluations et choix du type de prothèse

Pôle traumatologie - Orthopédie

Les pathologies prises en charge au sein du plateau technique sont :

  • Fracturés et polyfracturés,
  • Arthroplastie des membres,
  • Coiffe des rotateurs

Avec mise en place :

  • D’une évaluation pluridisciplinaire,
  • Récupération articulaire et musculaire,
  • Rééducation de l’équilibre statique et dynamique stabIlométrie,
  • Reprise d’appui – balnéothérapie,
  • Rééducation à la marche – suspension,
  • Renforcement musculaire : Biofeedback, électrostimulation.

Prothèse d’épaule

Une prothèse d’épaule a pour but de remplacer les surfaces articulaires lésées.

La prothèse peut-être totale ou partielle, anatomique ou inversée, en fonction de la pathologie et de son niveau.

 

La mise en place d’une prothèse d’épaule est indiquée dans plusieurs situations et lorsque les traitements médicaux ne sont plus efficaces pour :

  • Les différentes formes d’arthrose.
  • Certaines séquelles de traumatismes ostéoarticulaires.
  • Certaines lésions de tendons non réparables.

L’objectif de la chirurgie prothétique et de rendre l’épaule indolore et de redonner la meilleure  fonction possible.

La rééducation commence habituellement dès le lendemain de l’intervention. Elle peut se réaliser au CRF la Rougeville

 

Objectifs principaux du CRF :

  • Disparition ou une diminution très forte des douleurs et la récupération d’une mobilité satisfaisante pour les activités de la vie quotidienne.
  • La reprise des activités professionnelles et de loisirs (sport, chasse, bricolage) sont possibles avec des aménagements pour protéger l’épaule opérée.
  • Renforcer la stabilité et éviter les secteurs luxants

Coiffe des rotateurs

La coiffe des rotateurs correspond à l’ensemble des muscles entourant l’articulation principale de l’épaule.

Ces muscles et tendons sont responsables de la mobilité en rotation de l’épaule et de la stabilité de l’humérus en face de l’omoplate. Cette mobilité et cette stabilité sont nécessaires pour un fonctionnement harmonieux de l’épaule et du bras.

 

Dans différentes situations, la coiffe des rotateurs peut être en souffrance, il peut s’agir de :

  • Rupture de la coiffe des rotateurs : Dûe à une usure naturelle du tendon ou à un traumatisme. Cette dernière pathologie sera prise en charge au CRF après chirurgie
  • Calcification du ou des tendons de la coiffe
  • Tendinopathie simple

Objectifs principaux du CRF :

  • Récupérer une épaule souple, fonctionnelle et indolore pour mieux appréhender votre quotidien.
  • Un retour à la vie active dans les meilleurs délais. Favoriser la reprise d’activités professionnelles
  • Aides sociales et prise en charge psychologique

Prothèse de hanche

Une prothèse de hanche a pour but de remplacer l’articulation.

 

La mise en place d’une prothèse totale de hanche est nécessaire quand l’articulation est détruite par : une arthrose, un rhumatisme inflammatoire ou encore une ostéonécrose.

Les symptômes sont alors essentiellement :

  • La douleur rebelle aux traitements médicaux.
  • La limitation de la mobilité empêchant les actes de la vie quotidienne (ex : laçage de chaussure, marche difficile, boiterie et utilisation de canne).

La prise en charge chirurgicale de la prothèse de hanche a pour but une réhabilitation rapide et un retour à une vie normale en 2 à 3 mois.

La rééducation commence habituellement dès le lendemain de l’intervention. Elle peut se réaliser au CRF selon certaines conditions établies par l’ HAS ou dans le service des soins de suites de la clinique du Parc.

 

Objectifs principaux du CRF :

  • Reprise de l’appui à J1
  • Prise en charge des troubles thromboemboliques et cutanéo trophiques
  • Lutter contre le flessum de hanche
  • Reprise des AVQ, montée descente des escaliers, reprise de la conduite automobile
  • Éviter les secteurs luxants

Les résultats sont habituellement excellents proches d’une hanche anatomique normale.

Prothèse du genou

La prothèse de genou a pour but de remplacer les surfaces articulaires lésées. Elle peut être totale ou partielle (interne, externe ou rotulienne). Le plus souvent, la prothèse de genou est indiquée en cas d’arthrose.

La mise en place d’une prothèse totale de genou (chirurgie) est indiquée lorsque les traitements médicaux ne sont plus efficaces et que la douleur, l’instabilité, l’impotence fonctionnelle ne sont plus tolérables. Elle est le plus souvent prescrite en cas d’arthrose avancée du genou.

 

Objectifs principaux du CRF :

  • Rendre le genou le plus indolore possible
  • Redonner une marche normale avec le meilleur résultat fonctionnel possible. De ce fait, la rééducation a un rôle primordial.
  • Marche sans cannes après 3 semaines-1 mois.
  • Extension complète, flexion 120-130° en 2 mois.
  • Aspect normal du genou en 4 à 6 mois.
  • Genou « oublié » à 1 an.

Pôle sos locomotion

Sos locomotion : définition.

« Prise en charge (préventive et curative) rapide, spécialisée et pluridisciplinaire des incapacités (totales ou partielles) à se mouvoir en raison de déficiences de l’appareil locomoteur ne relevant d’aucun autre traitement spécifique »

 

Sos locomotion pour qui ?

  • Incapacité récente (< un mois) totale à la marche
    Sos locomotion s’inscrit dans une démarche dynamique, réactive. Sos locomotion prend en charge les dégradations récentes de la locomotion.
    La perte de la locomotion induite par un alitement prolongé (> 1 mois) prescrit par le médecin n’est pas une contre-indication absolue au programme.
    Attente de la consultation gériatrique : évaluation du bénéfice-risque d’une inclusion éventuelle.
  • Incapacité récente partielle à la marche
    Le patient marche mais décrit de plus en plus de difficultés, il a réduit son périmètre, pour marcher il a besoin d’une aide technique ou d’un accompagnant ponctuellement ou constamment, il craint de tomber, il ne sort plus de son logement, ne sait plus monter les escaliers…
    La dépendance débute, l’urgence est de ne pas la laisser s’installer.
    Attente de la consultation gériatrique : estimation de la pertinence d’une inclusion dans le programme sos locomotion.
  • Incapacité récente totale ou partielle (< 3 mois) aux transferts
    Le patient éprouve des difficultés récentes à sortir du lit, à se lever, s’assoir, à entrer et/ou sortir d’une voiture… Il utilise des compensations parfois dangereuses (risque de chute)
    Attente de la consultation gériatrique : estimation de la pertinence d’une inclusion dans le programme sos locomotion.
  • Patient chuteur avec ou sans syndrome post chute
    Attente de la consultation gériatrique : estimation de la part des déficiences musculo-articulaires et physiques sur la chute
    Vérification notamment de l’état orthopédique (pieds et genoux +++), de la qualité musculaire (sarcopénie)…
  • Echec de la rééducation en ville
    Le patient a bénéficié de séances de rééducation (remise à la marche en ville mais celles-ci n’ont pas données le résultat escompté.

Pôle restauration fonctionnelle du rachis

Le programme RFR est le modèle francais de prise en charge active des lombalgies chroniques

L’objectif est la restauration d’une fonction normale du tronc par le traitement du syndrome de déconditionnement au sein d’une équipe pluridisciplinaire

Les répercussions psychologiques et les difficultés socio-professionnelles sont gérées dans le même temps du traitement

L’intégration a ce type de programme est conditionné par une journée d’évaluation médico-psychologique, pluridisciplinaire destinée à authentifier la réalité du syndrome déconditionnement physique et à évaluer le retentissement socio-professionnel ainsi que la motivation du patient

A l’issue de cette évaluation, l’équipe se détermine, en fonction des résultats, sur l’aptitude du patient a intégrer le programme de restauration fonctionnelle du rachis

L’état de chronicité étant reconnu, cette évaluation impose l’acceptation par le patient des objectifs proposés :

  • Le retour à une activité fonctionnelle normale, le retour au travail, si possible dans le même poste sans aménagements
  • La restitution d’activités physiques qui ne sont plus entravées par la douleur ou l’anxiété contenue dans la lombalgie chronique

Elle impose aussi une pleine participation au programme afin qu’il puisse être efficace quant à ces objectifs :

  • Aptitude à élaborer un projet d’avenir, une stratégie pour surmonter les obstacles de la rééducation fonctionnelle
  • Evaluations d’inclusion
  • Une première consultation médicale reconstitue l’anamnèse de la lombalgie.
  • L’examen clinique du patient comporte une évaluation de l’état orthopédique, une évaluation de la musculature, un examen neurologique, un examen général et cardiovasculaire

L’évaluation se fait en trois temps :

  • Evaluation psychologique
  • Evaluation de la situation socio-familiale
  • Evaluation physique avec tests isocinétiques de la musculature lombopelvienne, test de flexibilité et d’extensibilité, la capacité a soulever est estimée en situation réelle par une test de port de charge

Les différentes évaluations et psychosociales se déroulent sur une journée, leur synthèse est discutée en équipe qui décide de la prise en charge du patient dans le programme RFR.

 

Facteurs déterminants :

  • Présence d’un syndrome de déconditionnement
  • Personnalité, un vécu et une situation qui ne sont pas incompatibles avec le projet de reprise d’activité physique et /ou professionnelle

Bases du programme :

  • Corriger et équilibrer les paramètres physiques déficitaires, restaurer la fonction du rachis malgré la douleur et aider à résoudre les difficultés psychologiques, sociales et professionnelles
  • Traitement délibérément actif

Pôle prise en charge des patients polytraumatisés

Un polytraumatisé se définit comme un patient sévèrement blessé ayant deux ou plusieurs lésions traumatiques périphériques graves sur deux régions différentes du corps ou des atteintes viscérales, qui seules ou dont la combinaison mettent en danger le pronostic vital.

La rééducation du patient polytraumatisé nécessite en premier lieu un large bilan des diverses déficiences pouvant toucher tous les systèmes (cardio-pulmonaire, ostéo-articulaire, neurologique,…). Elle commence dès que possible pour améliorer les fonctions épargnées et prévenir l’apparition des complications.

Elle touche tous les aspects de la vie de l’individu car l’atteinte traumatique a de multiples facettes (problèmes médicaux, répercussions psychologiques, problèmes socio-professionnels ou médico-légaux,…).

Au CRF La ROUGEVILLE l’équipe pluridisciplinaire, sur les consignes du médecin, élabore avec le patient, un projet thérapeutique visant à limiter les incapacités et à réduire l’apparition de handicaps.

Un plan de traitement permet de fixer des objectifs dans le temps : le court terme (soins aigus, dont l’aspect chirurgical), le moyen terme (au Centre de rééducation), le long terme (en traitement ambulatoire).

Des moyens spécifiques sont mis en œuvre tant dans l’évaluation (analyse tridimensionnelle de la marche, convention pour bilans urodynamiques, électromyographie, visites à domicile, plateau d’imagerie sur site…) que dans la rééducation (isocinétisme, stabilométrie , piscine de rééducation,…) , la réadaptation (cuisine et chambre thérapeutiques…) et la réinsertion socio-professionnelle (assistante sociale, conventions avec partenaire des ville…).

La réflexion qui est à la base de la rééducation du polytraumatisé va au-delà de la seule période d’hospitalisation (rééducation, réadaptation, réinsertion).

Durant cette prise en charge, des adaptations matérielles sont envisagées pour promouvoir la fonction, modifier l’environnement au domicile (plus tard sur le lieu de travail), promouvoir la réorientation professionnelle.

Les objectifs de traitement sont clairement définis à chaque stade de la rééducation ce qui permet une adaptation permanente du programme et un gain d’autonomie optimal.

L’équipe pluridisciplinaire au service du patient polytraumatisé se compose de médecins, d’infirmières, d’aides-soignants(e)s, de kinésithérapeutes, d’ergothérapeutes, d’enseignants en activités physiques adaptées, assistantes sociales, de psychologues et d’orthoprothésistes.

dr_6

Autres pathologies

L’équipe pluridisciplinaire propose également son expertise pour la prise en charges :

  • Des affections neuro-musculaires
  • Des Lésions neurologiques périphériques
  • Dans les suites d’une neurochirurgie du rachis
  • Chirurgie du handicap